Les Français contraints de s’endetter pour survivre

30 Avr

Effet collatéral de la crise:  de plus en plus de Français se retrouvent pris dans la spirale du sur endettement. 900.000 de nos compatriotes seraient dans ce cas selon la Banque de France qui vient de sortir un rapport sur le sujet. Et le public surendetté est non seulement de plus en plus nombreux, mais aussi de plus en plus seul, de plus en plus âgé et de plus en plus pauvre…

1 . Un tableau peu reluisant

Quand les difficultés s'accumulent

En février 2011, le nombre de dossiers de surendettement que la Banque de France à reçus, a augmenté de 17% par rapport à Décembre 2010 soit  900.000 dossiers. Un Chiffre alarmant qui en dit long sur l’appauvrissement de la société française.  Comment as-t’on pu en arriver là?

Avec la crise et l’explosion du chômage de longue durée, mais aussi à cause de la dégradation des conditions d’indemnisation des chômeurs, rabotés convention après convention, un grand nombre d’entre eux basculent dans les minimas sociaux, déjà parmi les plus faibles d’Europe (environ la moitié du seuil de pauvreté) et se retrouvent donc contraints, en l’absence de solidarité familiale et de l’entourage, de s’endetter pour faire face aux dépenses incontournables ( loyer, électricité, transport alimentation, frais de santé etc.)

26% des surendettés sont ainsi au chômage. Mais la situation des travailleurs n’est guère plus enviable : chacun sait bien qu’avec la stagnation des salaires et l’explosion du coût de la vie, le décrochage du pouvoir d’achat est une réalité palpable depuis 2002. ( C’est justement l’année où la droite est revenue au pouvoir…simple coïncidence? ) Les salaires ne permettent plus de vivre correctement en France et d’être auto suffisant. Résultat : les Français sont contraints de s’endetter pour maintenir leur niveau de vie.

2.Les vieux de plus en plus touchés

Autre enseignement du rapport: la population surendettée  se compose à 65% de personnes vivant seules. ( femmes au foyer, travail à temps partiel, mères célibataires etc.) si les plus de 55 ans ne représentaient que 12,1% des surendettés en 2001,  ils sont 23% en 2010 !

Il fût un temps, tout proche, où les personnes âgées étaient la tranche de population disposant d’un fort pouvoir d’achat, les agences de voyages ne s’y trompent d’ailleurs pas, mais ce temps-là semble désormais dérière nous. Ce n’est pas pour rien que pendant les défilés contre la réforme des retraites, on entendait ce slogan :  » Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère…de cette société-là, on n’en veux pas! »

3. Pourquoi les Français s’endettent-t’ils?

Oh surement pas par plaisir! Le mythe de celui qui ne résiste pas aux sirènes de l’argent facile pour s’offrir le dernier écran plat ou le home cinéma de ses rêves à vécu ! Aujourd’hui, ce comportement est marginal. On ne s’endette plus pour s’équiper et consommer, mais plus prosaïquement parce qu’on n’a pas le choix, à cause de revenus trop faibles pour pouvoir faire face aux dépenses de la vie courante.

Il semble que ce soit la stratégie adoptée par le Gouvernement, qui, plutôt que de restaurer l’action publique pour enrayer ce phénomène, soit décidé à pousser les gens à faire des crédits plutôt qu’à augmenter les salaires pour vivre. C’était le modèle économique adopté par les USA jusqu’à la crise des subprimes à l’automne 2008, on voit où ça nous a mené…

4. Les Banques poussent au crime…

L’attitude des banques est aussi à blâmer, qui, au premier incident de paiement, au lieu de chercher des solutions avec leurs clients pour les aider à sortir d’une mauvaise passe, les inscrivent au fichier des incidents de paiement en Banque de France, et se retrouvent en interdit bancaire. Cela incitent beaucoup de débiteurs à céder aux sirènes des crédits revolving, très chers mais faciles à obtenir, pour éviter les problèmes et palier à une situation d’urgence.

Ainsi, le crédit revolving, avec ses taux à 20% et plus,  est bien souvent le seul crédit accessible aux ménages pauvres, car on peut en obtenir un d’un simple coup de fil, sans que la capacité de remboursement du demandeur soit vérifiée, alors que les crédits à la consommation classiques, avec des taux bien plus raisonnables mais plus compliqués à obtenir, leur sont interdits…une aberration !

Si je prend ma situation personnelle, je viens de changer de banque, et d’ouvrir un nouveau compte, pour tenter de repartir sur des bases saines avec un solde positif, mais on me refuse un découvert autorisé les 4 premiers mois, alors que je sais pertinemment que, vu la faiblesse de mes ressources, je ne pourrai pas éviter de me retrouver à découvert avant le 15 du mois. J’ai prévenu la Banque, mais peine perdue : ils s’arque boutent sur leurs règles rigides et ne font preuve d’aucune souplesse. Par contre, ils se sont empressés de m’envoyer une lettre pour me menacer de rejeter mes paiements , carte bleue et chèques sans provisions, alors qu’avec un découvert autorisé, ils seraient passés sans que j’ai à subir des difficultés encore plus graves.

Donc, les banques ne font absolument rien pour aider leurs clients à se sortir de difficultés financières, bien au contraire : elles n’hésitent pas à leur enfoncer la tête sous l’eau ! Ce sont donc bel et bien des banksters !

5. Un Gouvernement au service exclusif des riches qui refuse d’agir

un porc sur son tas d'ordures

La droite au pouvoir depuis 2002, mène une guerre de classe. On le savait déjà, mais ce qui n’a pas empêcher 57% des électeurs de voter pour leurs bourreaux et délire Sarkozy en 2007, abusés par son populisme à 2 balles…

Le Sarkozysme gouverne pour les riches et les possédants, et uniquement pour eux ! Le reste de la population, ils s’en fichent. Pauvres comme classe moyenne, sont abandonnés à leur triste sort. Pire : ils sont méprisés, insultés !

Cela fait déjà quelques années que l’on tire la sonnette d’alarme sur la question du pouvoir d’achat, et celui qui se targuait d’être le « Président du pouvoir d’achat » et du « travailler plus pour gagner plus » à depuis fait tomber les masques…la baudruche s’est dégonflée, et… il y a eu pas mal de cocus ! Depuis que Sarkozy est au pouvoir, les chômeurs et précaires sont maltraités, comme les étrangers, accusés d’être des fainéants et des fraudeurs, mais le Gouvernement n’a jamais crû bon de donner un coup de pouce supplémentaire au SMIC, se contentant de l’augmentation mécanique en fonction du taux d’inflation…

Encore que cette mesure de bon sens ne serait qu’une rustine, et qu’il faut un plan beaucoup plus ambitieux d’augmentation des salaires.

Les pensions de retraite et les minimas sociaux restent à des niveaux indécents, largement en dessous du seuil de pauvreté, alors que les Français ont vu qu’il y avait des milliards comme s’il en pleuvait pour renflouer les banques et les grandes entreprises, mais pas un copek pour eux ! Pour les riches, c’est Byzance, mais pour les autres, c’est la soupe à la grimace et la potion de rigueur !

Je vous laisse seuls juges des conclusions à en tirer…


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :